Cambodge,  Travel

Kratie au fil du Mekong

Nous avions prévu de profiter des plages paradisiaques des îles cambodgiennes, mais ne pouvant pas nous baigner suite à l’accident à Chiang Mai, nous changeons nos plans et partons à la découverte des cétacés du Mekong.

Nous prenons un bus tôt le matin depuis Phnom Penh direction l’est du pays. Après un très (trop) long voyage émaillé de détours et de routes au bitume troué, nous arrivons en fin de journée à Kratie, jolie petite ville au bord du Mekong. Nous profitons de la luminosité encore présente pour faire un tour en ville. La route qui longe le fleuve est en effervescence et de nombreux stands y sont installés. Nous apprendrons plus tard que c’est une fête qui se tient durant 6 jours et qui n’a lieu qu’une fois par an. Coup de bol, on est à Kratie au bon moment ! Moins coup de bol, une pluie torrentielle s’abat sur la ville dans la soirée et transforme ses rues en rivière, coupant ainsi court à toutes les festivités.

Le lendemain, réveillés par les récitations des enfants de l’école située à quelques centimètres de la fenêtre de notre chambre, nous partons explorer les alentours en scooter. Notre premier arrêt sera le temple Phnom Sambok. Ceux qui ont lu notre article sur Battambang savent ce que Phnom veut dire 😉 Quelques 300 marches plus tard, nous voilà donc au sommet de ce temple construit sur plusieurs étages de la colline, avec à certains moments des peintures de scènes d’enfer très… perturbantes ! Les différents bâtiments du temple sont jolis, la vue d’en haut est sympa (bien que pas vraiment dégagée) et on a même vu quelques singes.

De retour en bas, nous nous dirigeons vers l’attraction phare de tout voyageur s’arrêtant à Kratie : l’observation des rares dauphins d’eau douce. Les quelques survivants de cette espèce menacée dans toute l’Asie se situent sur certaines portions du Mekong du Laos et du Cambodge. Contrairement à son cousin plus connu, le dauphin d’eau douce peut vivre en eau douce ou salée. Il a une fine nageoire dorsale et une protubérance sur la tête (et non un nez pointu comme Flipper). Près d’un millier de dauphins vivait au Cambodge mais avec l’arrivée des Khmers rouges au pouvoir, ils ont été chassés pour leur huile. Depuis, un programme de protection est mis en place pour préserver les quelques 80 dauphins restants (interdiction de conduire des bateaux à moteur sur de grandes portions entre Kratie et Stung Treng, interdiction de pêcher) mais leur nombre diminue chaque année.

Afin d’observer ces cétacés sans trop les déranger, il faut aller à l’embarcadère proche de Kampi, à 15km au nord de Kratie, de préférence très tôt le matin ou en fin d’après-midi. La location du bateau pour 1h30 en saison basse coûte 9$ par personne jusqu’à 2 ou 7$ à partir de 3. Après un déjeuner au bord du Mekong dans une gargote servant de salle de karaoke aux décibels très (très très très) élevés à un groupe de cambodgiens cinquantenaires saouls mais sympa, nous attendons une vingtaine de minutes l’arrivée d’autres touristes pour faire baisser le prix de la facture, en vain. C’est donc en amoureux que nous embarquons sur le petit bateau à moteur en direction des deux autres bateaux déjà en place pour l‘observation des dauphins. Arrivés sur les lieux, le conducteur coupe le moteur et nous montre du doigt chaque dauphin qu’il aperçoit. On sent qu’il a l’habitude. Et ça marche ! On voit un dos, deux dos, trois dos… puis tellement qu’on arrête de compter. Les deux autres bateaux ne tardent pas à repartir et nous nous retrouvons seuls dans un grand silence, rompu uniquement par les souffles des dauphins qui attirent immédiatement notre attention.

(je n’ai pas un super zoom pour prendre des photos donc à vous d’apercevoir les dauphins maintenant !)

La plupart du temps ils restent à distance et c’est très bien ainsi, on ne les dérange pas. Les quelques fois où nous les observons de tout près nous donnent des frissons (malgré le soleil de plomb et l’écrasante chaleur). Deux nouveaux bateaux arrivent et viennent rompre le silence et la quiétude dans laquelle nous étions depuis une trentaine de minutes. Encore l’occasion de faire quelques photos et nous retournons à l’embarcadère, heureux d’avoir pu vivre ce moment.

Après un arrêt pour profiter du sublime coucher de soleil sur le Mekong, nous voilà de retour à Kratie pour profiter des festivités, sans la pluie cette fois.

Il règne une ambiance joyeuse parmi les stands et les cambodgiens font leurs emplettes en scooter. C’est donc très compliqué de circuler mais tout le monde a l’air de trouver ça normal. Sur la grande scène une chanteuse donne un concert et là aussi, les décibels sont très très très élevés. Il faut croire que les cambodgiens aiment écouter la musique suuuuuuuper fort.

Le lendemain nous partons à l’assaut de l’île située en face de Kratie : Koh Trong. Elle fait 6km de long et aucune voiture n’y circule, seulement des scooters, vélos et charrettes tirées par des buffles. On y accède par un bateau (2000 riels l’aller-retour par personne / 0,50€) qui part quand il est rempli et qui traverse le Mekong en 10 minutes. La vie sur l’île est restée très rurale, il y a beaucoup de champs et d’arbres fruitiers (notamment des pamplemoussiers qui font la renommée de l’île). Il est plus agréable de faire le tour de l’île en vélo mais c’est exclu pour nous avec le plâtre de Xavier. C’est donc à pied (et sous un soleil de plomb) que nous nous promenons sur la petite route pavée bordée par d’énoooormes bambous.

On a vécu une expérience assez inattendue sur Koh Trong : le plâtre de Xavier a eu un puissant effet briseur de glace ! Une gentille dame nous a fait nous asseoir devant chez elle (sur ses chaises toutes neuves achetés à Kratie et transportées par le fameux bateau) et nous a offert quelques bananes (peut-être semblait-on fatigués par la chaleur à ce moment-là ?) mais surtout, presque toutes les personnes que nous avons croisées ont interpelé Xavier et son plâtre. On est devenu maîtres en l’art du mime d’accident de scooter en 2h ! On a vraiment adoré cette balade sur Koh Trong et notre rencontre avec les habitants.

De retour sur Kratie, nous profitons du coucher de soleil sur le Mekong depuis le balcon de notre auberge. On était pas mal installé pour travailler pour une fois !

Le lendemain nous prenons de nouveau la route de Phnom Penh (qu’on fera sans détour en 4h cette fois-ci et non pas 7h comme à l’aller !) direction le sud du Cambodge : Kampot, son fameux poivre, Kep et son fameux crabe !

Cap suivre nos conseils ?

  • Où dormir ? Silver Dolphin Guesthouse, 7$ pour chambre avec sdb privée et ventilateur (il fait très très dans les chambres sous les toits, ne pas hésiter à descendre d’un étage ou prendre la clim). La terrasse est parfaite pour admirer le coucher du soleil.
  • Où manger ? Takeo, très bon rapport qualité-prix et plein de choix végétariens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.