Thaïlande,  Travel

Chiang Rai et ses temples colorés

Nous continuons à explorer le nord de la Thaïlande malgré notre récente mésaventure à Chiang Mai.

Nous arrivons à Chiang Rai vers 11H après un trajet de bus de 3H30 depuis Chiang Mai (la maudite). Nous décidons de relever le défi de marcher pour rejoindre notre guesthouse située à 200m de la gare pour tester les capacités de Xavier à porter ses sacs malgré son plâtre et celles de Mélissa avec son genou blessé. Et nous y sommes arrivés ! Fiers de cette réussite, et après mûre réflexion, nous décidons d’explorer les environs de Chiang Rai en scooter comme prévu… On n’est pas rancunier et même un peu joueur car ce sera le baptême de scooter pour Mélissa (la première fois qu’elle montait sur un scooter c’était il y a 10 jours à Koh Phangan… et là elle doit le conduire en conduisant à gauche !). Après installation dans notre charmante guesthouse avec petit jardin et location du scooter sur place, nous voilà partis en direction du Bandaam Museum situé à une petite quinzaine de kilomètres au nord (on ne pourra pas vous dire combien de temps on a mis à y aller parce qu’on roulait en moyenne à 20km/h 😊).

Le Bandaam Museum, aussi appelé temple noir (à cause de la couleur de ses bâtiments…noirs pour ceux qui ne suivent pas), est une œuvre de l’artiste thaïlandais Thawan Duchanee. C’est un ensemble de plusieurs bâtiments en majorité noirs dans lesquels l’artiste expose différents objets : crânes, squelettes, peaux de bêtes, statues, meubles… le tout mis en scène de façon singulière.

On n’a pas arrêté de se dire « c’est cheloooouuuuu » à chaque découverte de nouveau bâtiment. On a lu des avis de personnes qui ont adoré l’originalité et l’incongruité des œuvres, des maisons, la mise en scène, et d’autres qui ont détesté l’ambiance glauque, les peaux de bêtes, les ossements. De notre côté, on est un peu partagé. Xavier a trouvé ça intéressant comme une expo d’art contemporain (chelou et original), tandis que Mélissa pas vraiment. Architecturalement, la visite est sympa car l’artiste a mélangé les styles anciens, religieux, et modernes (voire un peu futuriste), mais ce qui est exposé… c’est un peu fouillis. En tous cas son expo ne laisse pas les visiteurs indifférents et c’est sûrement un pari gagné pour lui.

Nous continuons notre exploration des environs de Chiang Rai sous un soleil de plomb à cheval sur notre scooter (avec une petite pointe à 40km/h, on est des oooouuuuf !) et nous prenons la direction du temple bleu – à croire que Chiang Rai s’est spécialisé dans le temple monochromatique puisque le lendemain nous visiterons le temple blanc et le temple vert. Nous avons eu un véritable coup de cœur pour ce temple bleu, en même temps le pari était déjà à moitié gagné pour Mélissa dont c’est la couleur préférée 💙 L’entrée du lieu est gardée par deux énormes statues fontaines bleues, les escaliers qui mènent au temple sont bordés d’imposants Naga bleus et le temple renferme un magnifique grand Bouddha… bleuté ! A l’arrière il y a un stupa bleu aussi. C’est super joli et ça change des temples que nous avons visité jusque-là.

La journée n’est pas terminée pour nous et nous enfourchons de nouveau notre scooter direction Buddha image cave. Après un long sentier truffé de trous (histoire de tester les aptitudes de conduite de Mélissa et de mettre certaines parties de notre anatomie à mal…), nous parvenons à la fameuse grotte au bord du fleuve. L’endroit est mignon, Bouddha partage sa grotte avec les chauves-souris et un autre Bouddha veille sur l’eau.

Les environs sont jolis selon notre guide alors nous décidons de nous perdre un peu dans les champs histoire d’admirer le coucher de soleil. Un champ d’ananas le long de l’eau en légère pente accueillera donc nos fesses, nos objectifs et notre drone, on en a pris plein les mirettes !

De retour à Chiang Rai, nous nous dirigeons vers la tour de l’horloge au centre de la ville qui propose un mini spectacle son et lumières de 5-10 minutes tous les soirs à 19H, 20H et 21H. C’est mignon, c’est gratuit et un peu kitsch 😊 Puis nous partons, sur les conseils de notre logeuse, en direction du Sunday Market en pensant trouver un petit marché de nuit. Erreur ! C’est un énorme marché de nuit dont on ne voit jamais le bout ! Encore un super marché pour y faire quelques emplettes et déguster des mets locaux. On ne fait pas long feu au marché car le réveil sonne tôt demain…

Afin d’éviter les cars de touristes (chinois principalement) qui débarquent au Wat Rong Khun, nous y allons à l’ouverture. Situé à une quinzaine de kilomètres au sud (avec une pointe à 50km/h, ça y est Mélissa est officiellement conductrice de scooter 😆), le Wat Rong Khun est une œuvre de l’artiste Chalermchai Kositpipat, il est aussi appelé temple blanc puisqu’il est… tout blanc vous l’aurez deviné. Il s’agit d’un temple officiel donc tenue correcte exigée (comprendre épaules et genoux couverts). La lumière du matin fait scintiller les milliers d‘éclats de miroirs qui ornent le temple, on est sous le charme. Interdiction formelle de prendre des photos à l’intérieur du temple mais on peut vous dire que l’artiste est doué et intelligent ! Il fait côtoyer Bouddha avec divers personnages fictionnels symbolisant l’enfer et le côté money-money (on a pu voir Batman, Superman, Lara Croft, un minion, Pikachu, Captain America, Jack Sparrow, etc.). C’est vraiment drôle de voir ce mélange d’influences et d’époques, ça nous a captivé.

Il y a plusieurs autres bâtiments blancs mais également un temple dédié à Ganesh (tout doré celui-là), l’atelier de sculpture (avec les artisans qui travaillent) et une expo de ses œuvres. On vous conseille vraiment de tout voir. C’est une œuvre en constante évolution puisqu’il y avait des travaux de construction de nouveaux bâtiments lors de notre passage et l’artiste ajoute régulièrement des personnages sur la fresque du temple. Il n’est d’ailleurs pas rare de le croiser dans les allées accompagné d’un groupe d’étudiants.

On était tellement fasciné par ce temple qu’on y est resté plus de 2H ! Nous renonçons donc à nous aventurer vers la cascade Khun Korn par manque de temps et nous nous rabattons sur l’arboretum que notre ami Google Map nous indique sur le chemin retour. C’est en réalité un simple sentier dans un coin boisé (avec une base militaire au bout) mais nous tombons sur le temple vert (malheureusement fermé). Même s’il est moins dans le monochrome que les autres temples, ce sera pour nous : the green temple.

Nous rentrons à Chiang Rai et poursuivons notre journée à pied à la découverte de la ville. Nous allons voir le Wat Phra Kaew et son Bouddha d’émeraude, le jardin aux fleurs (qui a l’air sublime mais soit ce n’est pas la saison, soit il coûte trop cher à l’entretien, soit il n’est entretenu que pendant la période de la fête des fleurs) et nous visitons le musée des tribus montagnardes (vieillot mais assez intéressant, on ne le conseille pas forcément – surtout qu’ils ont un discours sur l’exploitation des éléphants tout à fait discutable…).

Retour à Bangkok

Il est temps pour nous de quitter Chiang Rai et nous voilà partis pour un long trajet de 13H de bus (prévisionnel, ce sera en réalité 14H30 à cause des bouchons à l’arrivée) direction Bangkok. Après deux pannes de bus en plein trafic d’heure de pointe, nous arrivons enfin à la gare centrale Mochit. De là nous voulions prendre un bus pour aller à la station de BTS (métro aérien). Avec aucune indication et des chauffeurs de taxi qui se moquent de nous en nous affirmant qu’il n’y a pas de bus, nous parvenons finalement à trouver l’endroit où stationnent plusieurs bus municipaux qui vont quasiment tous à la station BTS moyennant un ticket à 15 Bath (1,2€). De retour chez notre Guiot family adorée, on décide de se poser une petite journée avant de partir au Cambodge. Un nouveau petit tour à l’hôpital (pour Mélissa cette fois-ci) nous obligera à rester une journée supplémentaire : sa plaie au genou s’est infectée – merci le climat tropical – et le médecin souhaite la revoir le lendemain.

Nous avons donc profité de ces deux journées à Bangkok pour nous reposer, avancer sur le blog (parce qu’on a beaucoup beaucoup de retard) et visiter la maison de Jim Thompson. Après une incompréhension avec un chauffeur de taxi (qui nous a emmené dans une boutique de Jim Thompson), nous voilà dans la résidence de l’américain exportateur de soie, collectionneur d’art et agent de l’OSS. La visite guidée est obligatoire mais disponible en français. On a beaucoup apprécié cette maison et les collections qu’elle renferme, ça a été une vraie parenthèse de calme au bord des klongs, loin de la frénésie de la capitale thaïlandaise.

Nous concluons ainsi notre séjour en Thaïlande mais nous repasserons par Bangkok au moins trois fois dans les prochains mois avant de quitter le continent !

A présent, direction le Cambodge et en premier : Siem Reap et ses fabuleux temples d’Angkor !

Cap de suivre nos conseils ?

  • Baan Bua Guesthouse (288 Bath / 8€ pour chambre privée avec ventilateur) : chambre confortable et propre dans un petit jardin plein de charme
  • Deux jours suffisent pour faire le tour de Chiang Rai côté citadin et culturel, prévoyez plus si vous souhaitez faire des treks en montagne
  • Louez un scooter pour explorer les environs de Chiang Rai qui ont bien plus d’intérêt que la ville elle-même
  • Arrivez dès l’ouverture au temple blanc, lorsque nous sommes partis les cars de touristes s’étaient vidés à l’entrée et un homme demandait aux gens d’avancer et de ne pas bloquer la circulation pour essayer de faire des photos sans personne sur la rampe d’accès, le tout avec un haut-parleur, ça perd de son charme…
  • Prenez le temps d’explorer la chute de Khun Korn qui a l’air très jolie
  • Nous n’avons pas lu que des bons avis sur le point de vue du Triangle d’or et vu la distance à parcourir (et le fait que nous ne passions pas de frontière à ce moment-là), nous avons décidé de ne pas nous y rendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.